Articles

Pourquoi faut-il réduire sa consommation durant les pointes hivernales

L’expression est sur toutes les lèvres pendant la saison froide… Bon, on exagère un peu, mais disons qu’on parle beaucoup de pointes hivernales quand on travaille dans le secteur de l’énergie ! Et pas juste entre nous : on tente d’expliquer le mieux possible à la population ce qu’il en est afin qu’elle puisse mettre la main à la pâte (et surtout le pied sur le frein) pour les réduire. Faisons le point sur ces pointes hivernales.

Les pointes hivernales, qu’est-ce que ça mange en hiver ?

Une période de pointe, dans le domaine de l’énergie électrique, c’est une période où la demande en électricité est à son plus haut. Aux États-Unis, ça pourrait être pendant les fortes canicules, à cause de la climatisation. Au Québec, elles arrivent l’hiver ; on parle donc de pointes hivernales. Ce sont des moments où, à cause du chauffage, les besoins en électricité grimpent pendant quelques heures — généralement de 6 h à 9 h et de 16 h à 20 h. C’est un peu comme le trafic sur un pont : ça arrive matin et soir, et c’est pire pendant la semaine !

L’hiver, c’est vraiment le chauffage qui est le poste de consommation le plus important. C’est donc là que la possibilité de manœuvre est la plus importante : en déplaçant la consommation liée au chauffage, on aplanira les pointes, et tout le Québec en profitera.

« Tout le Québec en profitera » ? Oui. Et oui.

Quand la demande surpasse nos capacités de production, ce qui arrive notamment lors des pointes hivernales, on doit se tourner vers des marchés voisins pour acheter de l’électricité afin de combler les besoins énergétiques de l’ensemble des entreprises et foyers québécois. Or, celle‑ci est plus chère et parfois moins verte. Aplanir les pointes permet donc au Québec d’économiser, en plus de soulager la planète. Un autre point important : en consommant moins, on aura moins besoin de construire des infrastructures qui serviraient à produire davantage d’électricité et à la transporter. De grosses économies en vue !

Aplanir les pointes, c’est simple avec Hilo

Hilo a pour objectif de réduire la demande en puissance de 620 mégawatts pendant les périodes de pointe, d’ici 2029. Pour y arriver, elle propose une solution simple et efficace : les défis Hilo ! Comment ça fonctionne ? Eh bien, pendant que les gens sont chez eux et vaquent à leurs occupations, Hilo soulage le réseau en déplaçant leur consommation d’énergie hors des pointes hivernales. Comme il s’agit d’une solution automatisée, ils n’ont même pas besoin d’y penser ! Hilo offre les équipements (thermostats, passerelle et autres appareils connectés) à bas prix, en échange de leur engagement à relever des défis — auxquels ils sont inscrits par défaut. Et, grâce à l’option de préchauffage, pas question de sacrifier le confort ! Quand Hilo baissera la température d’une pièce durant un défi, celle-ci aura préalablement été réchauffée, et restera donc bien confortable.

Et ce n’est pas tout ! En participant aux défis, on reçoit des récompenses en argent pour chaque kilowattheure non consommé — en moyenne 124 $ par hiver. Au fond, grâce à Hilo, on optimise notre façon de consommer l’énergie disponible… et tout le monde y gagne.

Estimez le montant annuel de vos économies et de vos récompenses potentielles avec Hilo grâce à notre calculateur d’économies.